Détecteur de fumée

detecteur de fumée
Pour assurer la sécurité et sensibiliser la population aux risques d’incendie domestique, l’installation d’un détecteur de fumée dans chaque foyer est désormais obligatoire. Ceci est le fruit de la loi Morange du 9 mars 2010.

Le détecteur avertisseur de fumée obligatoire, pourquoi ?

Chaque année, près de 800 décès et 10000 sinistrés dus à un incendie domestique ont été constatés en France. La plupart de ces accidents se passent la nuit à défaut d’avertissement. Notez que l’odeur de la fumée ne réveille pas, bien au contraire, elle renferme du monoxyde de carbone qui entraine un profond sommeil. En 15 minutes, cette fumée peut conduire la personne exposée à la mort.

L’utilité de l’appareil

La loi Morange stipule qu’avant de 8 mars 2015, le détecteur avertisseur de fumée ou le DAAF validé par l’assurance est exigé dans chaque habitation. Elle permettrait de réduire le nombre de décès. Le but est d’atteindre une baisse de 50%. Avec un detecteur de fumée, on peut tout de suite être alerté à la présence d’un feu, se mettre à l’abri avant la propagation de la fumée et appeler les secours.

Un détecteur suivant la norme

Pour valider le détecteur auprès de l’assurance, il vous faut une attestation avec une copie de la facture d’achat de l’appareil. Le modèle à installer dans chaque logement doit répondre à la norme EN 14604. Il doit émettre un signal d’alarme sonore d’au moins 85 dB(A) à 3 mètres et être doté d’un bouton de test pour vérifier son bon fonctionnement. Il doit aussi être équipé d’un indicateur de piles faibles. Les piles doivent avoir une durée de vie d’un an au minimum. On doit trouver sur le détecteur de fumée le nom et l’adresse du fabricant, la norme de référence, la date de fabrication, le numéro du lot, les batteries conseillées et une notice d’utilisation.